Tuesday, November 27, 2007

Entrez, c'est ouvert ou Une brève visite des réserves par Jean Bermon

Certains musées, dans le passé, ont assimilé leurs réserves à des galeries d’études. On peut tout particulièrement évoquer le Musée des Arts et Traditions Populaires dont le premier conservateur : Charles-Henri Rivière avait mis en place une galerie à l’usage particulier de quelques chercheurs et étudiants. Ceux-ci pouvaient, tout à loisir, étudier les nombreuses collections d’objets ethnologiques mis à leur disposition dans des vitrines. Cette disposition fut rapidement considérée comme obsolète non du fait de sa conception mais plutôt par son aspect figé et son manque de renouvellement en termes scientifiques.
Précisons que Charles-Henri Rivière ne doit pas être confondu avec Georges-Henri Rivière, le digne père du concept d’écomusée.
Depuis, certains grands musées français ou étrangers ont également opté pour des réserves visitables. Le « Science Museum » de Londres dispose de deux réserves ouvertes à un large public. De la même manière, le Musée des arts et métiers de Paris dispose de réserves destinées à être consultées par des chercheurs et qui constituent un exemple du genre.
Pour sa part, le musée des Beaux-Arts de Rouen a créé des réserves de peinture qui peuvent être visitées par le grand public ; elles trouvent leur modèle dans les galeries des grands musées du XIXe siècle.
Le Musée Anthropologique de Vancouver, quant à lui, à pris le parti de rendre accessibles au public plus de 14000 objets. Il a, dans ce dessein, créé un vaste catalogue dédié à l’ensemble des pièces présentées que le visiteur peut consulter directement.

Au fur et à mesure, les réserves, d’abord, se visitent, puis constituent le véritable corpus de la visite.
L’ouverture au public d’espaces patrimoniaux restés jusqu’alors inaccessibles, peut constituer désormais un impératif pour certains lieux, en passe de désaffection, mais ne s’agirait-il pas plutôt d’un simple acte de reconnaissance et de partage ?
Un verni de poussière peut parfois rivaliser avec les présentations les plus raffinées.

Jean Bermon

No comments: