Sunday, June 17, 2007

PIETERMARITZBURG, SES MUSEES, SA GARE ET AU-DELA… par Jean Bermon

Jean avec Numfundo

Lors de mon séjour en Afrique du Sud j’ai été invité par Philippe Denis, un ami dominicain de Belgique, à passer un WE dans sa maison à Pietermaritzburg. Il y vit en compagnie des sept enfants qu’il a adoptés. C’est donc en compagnie de trois d’entre eux, Nomfundo (4 ans), Kwanele (12 ans) et Sandile (14 ans) que nous avons entamé un petit périple, ce dimanche matin.

Du musée des beaux-arts de cette jolie ville au profil anglais, nous avons emprunté Railway Street pour aboutir devant un bâtiment typiquement victorien et curieusement désert: la gare ferroviaire.
Philippe nous a mené dans le hall de l’édifice où nous avons découvert l’une de ces nombreuses plaques commémoratives en bronze patiné sur lesquelles plus personne ne jette le moindre regard.
Celle-ci restera saillante dans ma mémoire, il est vrai qu’on ne grave pas dans le bronze, car elle nous rappelle l’un de ces événements communs qui bousculent la marche d’un train et aussi celle du monde.

Un jour de 1893 un jeune avocat indien voyageant en première classe a refusé de quitter sa place alors que sa couleur de peau lui interdisait ce compartiment. L’homme fut arrêté sur le champ et emprisonné dans la prison voisine où il passa la nuit, une nuit passée à réfléchir et peu dormir. Cet homme connu sous le nom de Mahatma Gandhi nous révéla plus tard que l’idée de la lutte non-violente venait de germer dans son esprit au cœur de l’Afrique.

Gandhi a passé prés de vingt ans en Afrique du Sud avant de retourner en Inde pour prolonger sa lutte pour les droits de l’homme jusqu’à sa mort en 1948.

No comments: